Verena Friedrich: THE LONG NOW

Wellcome Library, Londres, œuvre de Blaise Alexandre Desgoffe d'après Maximilien Honoré François Rapine, 1883

Verena Friedrich est une artiste abordant diverses disciplines telles que l’installation, la vidéo et l’art biologique. Elle a étudié à l’académie des arts médiatiques de Cologne et les arts et le design à l’Université Offenbach en Allemagne.

Son projet de résidence, THE LONG NOW, explore les propriétés chimiques et physiques de la bulle de savon d’une perspective actuelle. Cette résidence a lieu au RUSTINES|LAB du 5 mai au 5 juin en parallèle avec le centre Oboro à Montréal.

Motif classique des vanités, la bulle de savon se veut le symbole de l’éphémérité de la vie. Elle n’existe que l’espace d’un instant, jusqu’à ce que le fragile équilibre de sa structure se rompe et qu’elle éclate. Homo bulla : la vie humaine ne dure de même qu’un bref laps de temps avant de disparaître dans l’éternité. THE LONG NOW pose un regard contemporain sur le motif de la bulle, explorant ses propriétés chimiques et physiques, en lien avec les dernières avancées de la science et des technologies.

THE LONG NOW prendra la forme d’une machine dont la fonction sera de donner vie à l’utopique bulle éternelle. Cet engin inusité produira une bulle qui sera lâchée dans une chambre à atmosphère contrôlée, puis maintenue en suspension aussi longtemps que possible. Des manipulations de la composition chimique de la sphère de savon seront menées en parallèle pour renforcer sa durabilité. L’installation mettra en scène un dispositif expérimental dans lequel cette bulle technologiquement améliorée oscillera sans cesse entre déséquilibre et stabilité.

Verena Friedrich est une artiste multidisciplinaire dont les travaux combinent la vidéo, le son et la biomécanique. Diplômée de l’Académie des arts médiatiques de Cologne et de l’Université des arts et du design d’Offenbach, Friedrich conçoit des installations qui mettent en jeu la matière organique et les médias électroniques. Elle s’intéresse au travail en laboratoire de bioscience et collabore avec des ingénieurs et des scientifiques pour approfondir ses recherches.

Les projets de Verena Friedrich ont fait l’objet d’exposition dans des festivals et conférences d’arts médiatiques à travers le monde. Ses travaux lui ont valu le prix international en médias pour la science et les arts du Centre d’art et de technologie des médias de Karlsruhe, de même qu’une mention spéciale du jury du Concours international sur l’art et la vie artificielle VIDA. Elle est aujourd’hui basée à Cologne, où elle est artiste en résidence à l’Institut Max-Planck de biologie du vieillissement.

Texte: Verena Friedrich
Traduction: Simon St-Onge
Image: Wellcome Library, Londres, œuvre de Blaise Alexandre Desgoffe d’après Maximilien Honoré François Rapine, 1883.

Les commentaires sont fermés.