Le Centre

MISSION

PERTE DE SIGNAL est un centre d’artistes montréalais, situé au pôle de création et diffusion De Gaspé sous le regroupement PIED CARRÉ, dont le mandat est de promouvoir la recherche, la création et le rayonnement des arts numériques ainsi que l’innovation artistique liée à la technologie. De la performance audio à la projection vidéo, en passant par l’installation mécanique/robotique, le logiciel de création et l’intervention publique, le travail des membres du centre se décline à travers différents médias et explore une variété d’approches plastiques et formelles.

Les activités de PERTE DE SIGNAL favorisent principalement :
1) le soutien à la recherche-création et à l’expérimentation artistique ;
2) le rayonnement du travail de ses membres sur la scène nationale et internationale ;
3) l’élaboration d’une réflexion active sur les arts numériques ;
4) la médiation auprès des différents publics ;
5) le déploiement des savoirs et des ressources techniques et matérielles.

Surtout, PERTE DE SIGNAL se veut un lieu de rencontre qui favorise les initiatives, les collaborations, les échanges et la transmission des savoir-faire au sein de la communauté artistique dans son ensemble.

CONSEIL D’ADMINISTRATION

Sofian Audry : Président
Thomas Ouellet Fredericks : Vice-Président
Stephanie Castonguay : Trésorier
André Courchesne : Administrateur
Patrick Harrop : Administrateur
Nicolas Bernier : Administrateur
Marie Raedecker : Administratrice

REMERCIEMENTS

PERTE DE SIGNAL remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts de Montréal, la ville de Montréal, le Ministère de la culture et des communications, le Ministère des relations internationales et de la francophonie et le Conseil des arts du Canada. Également, les membres de PERTE DE SIGNAL remercient l’atelier Clark pour leur contribution à l’aménagement du RUSTINES|LAB.

Partenaires 2014 / 2014 Sponsors

Conseil des arts et des lettres du Québec Conseil des arts du Canada Conseil des arts de Montréal

DOSSIER DE PRESSE

Télécharger le dossier de presse 2017 complet (PDF, 18,1 Mo)

HISTORIQUE

PERTE DE SIGNAL a vu le jour à Montréal en 1997 à titre de collectif sous l’impulsion de Robin Dupuis, Julie-Christine Fortier, Isabelle Hayeur, Rémi Lacoste et Sébastien Pesot, cinq jeunes vidéastes désireux, d’une part, de prendre en main la diffusion de leur travail expérimental sur la scène locale comme internationale et, d’autre part, de jeter des ponts avec des artistes et des organisations en arts médiatiques ici comme à l’étranger.

Trois années après sa fondation, soit en 2000, PERTE DE SIGNAL devient officiellement un organisme à but non lucratif afin d’intensifier ses activités de distribution, mais le centre conserve néanmoins un esprit de collégialité en ce qui a trait à son fonctionnement, une particularité qui fait encore aujourd’hui partie de l’ADN de l’organisme. Comme les besoins spécifiques de ses membres ont toujours été au cœur des préoccupations du centre, PERTE DE SIGNAL fait preuve au fil du temps d’une grande souplesse et d’une bonne capacité d’adaptation, élargissant considérablement l’étendue de son champ d’activités au gré du renouvellement de son membership et suivant du même coup le pouls de l’évolution artistique vers les arts numériques.

Après avoir fait circuler les œuvres vidéo de ses membres dans plus d’une soixantaine de festivals à travers le monde, PERTE DE SIGNAL se lance dès 2002 dans la production d’expositions collectives. Les projets Hors-Ligne (2002), Les Hivernales (2002), Mobilis (2003), Ellipse (2003), Cubicules (2005) et Projectiles (2007) mettent tour à tour en valeur le travail installatif d’artistes membres du centre, contribuant ainsi de manière significative au rayonnement des pratiques numériques québécoises dans le monde de l’art actuel.

PERTE DE SIGNAL met également sur pied à partir de 2002 le Projet émergent, un programme de parrainage unique destiné aux artistes de la relève, qui offre une aide allant de la production à la diffusion d’une œuvre collective en arts numériques. En 2007, dans le but cette fois de favoriser l’expérimentation artistique et de contribuer à l’avancement des pratiques électroniques, mécaniques, audio et performatives, PERTE DE SIGNAL inaugure son laboratoire de recherche-création, le Rustines|Lab, un espace qui reçoit des artistes en résidence provenant de tous les coins du monde.

Sélectionné en 2009 au Grand Prix du Conseil des arts de Montréal « pour son travail assidu auprès de la relève en arts médiatiques et le développement de la discipline », PERTE DE SIGNAL devient un acteur incontournable des arts numériques au Québec. Fort de son expertise, le centre poursuit son travail de représentation d’artistes et de développement des pratiques émergentes. Avec plus d’une douzaine de projets de circulation d’expositions sur le territoire québécois — La mécanique de l’objet (2011), Instants fugitifs (2012), Impermanence (2012), Réencodages (2014) — et d’initiatives de mise en marché à Paris, Londres et Istanbul, avec la participation croissante d’artistes membres à des événements artistiques ou festivals de renommée internationale (Transmediale, ARS Electronica, Sónar) et avec ses premières co-productions internationales (LABoral), PERTE DE SIGNAL connaît une effervescence sans précédent.

Dès 2012, le centre développe les initiatives SONDES afin d’arrimer de nouveaux modes d’intervention et de collaboration entre les communautés francophones du nord et du sud. De Tunis (2013) à Port-au-Prince (2015), en passant par Dakar (2014) et par Casablanca (2014), les artistes utilisent et partagent leurs propres outils tout en réfléchissant à leur inscription dans la pratique et l’esthétique des arts numériques à l’international. SONDES visent la création de contexte artistique entre les artistes du nord et du sud afin de partager une compréhension commune des arts numériques investissant les aspects pratiques, esthétiques et politiques. Ces initiatives repose sur leurs capacités à transposer les convictions des artistes du nord et à nourrir de nouvelles initiatives localement au sud, tels l’établissement de résidences croisées avec le centre Kër Thiossane à Dakar, la création d’un premier programme de résidence pour les artistes des arts numériques francophones du sud à Montréal (Résidences SONDES, 2015), de nouveaux projets tels LIBREMAPPING (2015) ainsi que l’émergence de nouvelles initiatives à l’étranger stimulés par le passage de SONDES comme le laboratoire El Fabrika fondé en 2013 à Tunis et le collectif VX Lab à Dakar crée en 2016.

Finalement, face à l’évolution des pratiques artistiques, des technologies et des publics, le centre inaugure un nouvel espace-vitrine modulable et adapté à la création numérique en 2015. Ce RUSTINES|LAB revampé, situé au cœur du pôle de création et de diffusion de PIED CARRÉ à Montréal, devient un atelier ouvert, un lieu d’expérimentation et de rencontre qui offre des ressources spécialisées et facilite la médiation de différentes pratiques en arts numériques. Cet espace laboratoire, PERTE DE SIGNAL met en lumière les réalisations audacieuses et inédites des artistes québécois et étrangers.